objectif-reponse-sante-limousin.fr
Image default

Otospongiose de l’oreille, traitement, chirurgie, opération, convalescence

L’otospongiose est un trouble qui se caractérise de la formation d’une masse de tissu osseux entre l’étrier et la cochlée de l’oreille. La conséquence est la raideur de l’étrier qui diminue la capacité de transmettre les sons à l’oreille interne.

Comment fonctionne l’audition ? À quoi servent les osselets de l’oreille ?

Le son consiste dans une onde de compression et de raréfaction, l’air est comprimé et déplacé chaque fois qu’on parle et cet air arrive dans l’oreille. Si l’air ne se déplace pas, l’énergie n’arrive pas au tympan et on n’entend donc aucun bruit. Au contraire, le plus j’envoie d’énergie, le plus le volume dans l’oreille est fort.

Ces ondes de compression et de raréfaction doivent arriver au nerf acoustique où l’onde physique se transforme en signal nerveux.

L’onde acoustique provoque la vibration de la membrane du tympane. Cette membrane touche le manche du marteau et provoque donc la vibration de tous les osselets.
La caisse du tympan (oreille moyenne) permet de transmettre les vibrations du moyen aérien au moyen liquide (parce que dans l’oreille interne il y a la périlymphe).

La chaîne d’osselets constituée de marteau, enclume et étrier permet de transmettre le son du tympan à la cochlée.

Une structure si compliquée à quoi sert-elle ?
Cette structure est fondamentale pour augmenter l’intensité du son dans l’oreille.

L’oreille moyenne utilise deux principes physiques pour augmenter l’intensité des vibrations sonores :

  • La surface de la membrane du tympan est beaucoup plus grande de celle de la fenêtre ovale, la pression par unité de surface est donc beaucoup plus grande dans la fenêtre ovale,
  • La chaîne d’osselets forme un mécanisme de leviers avantageux.

Traitement de l’otospongiose de l’oreille

Il n’existe ni médicaments ni remèdes naturels efficaces pour traiter ce trouble.
Pour soigner cette maladie, on utilise des appareils auditifs, à porter dans une seule oreille : ils permettent au patient d’entendre les sons plus clairement, notamment les voix.

Quand faut-il opérer un cas d’otospongiose ?
Le traitement chirurgical est recommandé en cas d’hypoacousie à un stade avancé. Dans ce cas, cela est la seule solution possible pour guérir. Si, au contraire, la pathologie ne s’améliore pas suite à l’utilisation d’appareils acoustiques ou après une intervention chirurgicale, un scanner se révèle nécessaire pour rechercher d’autres causes qui puissent expliquer cette maladie.

Enfin, les études démontrent que si la maladie n’est pas traitée, elle peut provoquer avec le temps une surdité complète.

Stapédectomie chirurgicale
En cas d’hypoacousie de transmission (otospongiose stapédien) cette opération est indiquée. La stapédectomie consiste à retirer l’étrier au niveau de l’oreille moyenne et à le remplacer par une petite prothèse en métal ou en plastique.

Cela représente l’une des techniques utilisées lors d’un traitement chirurgical d’otospongiose. Cette procédure, difficile et délicate, peut échouer pour différentes raisons :

  • La prothèse peut se déplacer de son siège d’implantation,
  • La fenêtre ovale peut se refermer,
  • L’enclume peut être endommagée.

Si la prothèse se déplace :

  • Vers l’intérieur, les vibrations tympaniques stimulent directement l’utricule et le saccule, avec, par conséquent, des troubles de l’équilibre,
  • Vers l’extérieur, cela peut provoquer une fistule de la fenêtre ovale.

Stapédotomie chirurgicale
L’intervention chirurgicale la plus pratiquée aujourd’hui pour traiter l’otospongiose est la stapédotomie :

  • On pratique une petite perforation à la base de l’étrier,
  • On y introduit un piston sur lequel on installe la prothèse.

Cette technique chirurgicale ne prévoit pas l’ablation complète de la base de l’étrier et permet d’éviter ainsi certaines complications liées aux plus grandes incisions pratiquées lors d’une stapédectomie.
En ce qui concerne la récupération de la faculté auditive, les résultats obtenus par ces deux techniques chirurgicales sont quasiment identiques.

En cas d’otospongiose :

  • D’une seule oreille, cette opération chirurgicale permet au patient de mieux entendre les sons et de les distinguer plus clairement dans les milieux bruyants,
  • Des deux oreilles, l’opération chirurgicale est pratiquée sur l’oreille la plus compromise, tandis que l’on insère un appareil auditif dans l’autre oreille.

L’opération chirurgicale dure environ une heure.
La stapédotomie peut être pratiquée sous anesthésie générale, bien que l’on préfère souvent opérer avec une seule oreille sous anesthésie. La première incision est pratiquée au-dessus de l’ouverture externe de l’oreille ou à l’intérieur du conduit auditif, où l’on insère de petits instruments très fins pour retirer la partie supérieure de l’étrier.

Ensuite, on crée une petite ouverture à la base de l’étrier, dans l’oreille interne, afin d’y insérer une prothèse en métal ou en plastique qui permet de transmettre les sons aux autres osselets de la chaîne ossiculaire.

Cette procédure peut également être effectuée à l’aide du laser, les études montrent des resultas identiques et avec moins d’effets secondaires (Keck et al 2002, Matkovic et al 2003, Vincent et al 2006).
De plus, on peut prélever une petite veine du dos de la main pour créer une greffe à l’intérieur de l’oreille.

La fenestration chirurgicale
La fenestration est une procédure chirurgicale qui vise à traiter l’otospongiose. Toutefois, elle n’est que rarement réalisée de nos jours. Elle consiste à perforer la mastoïde et à créer une ouverture artificielle du canal semi-circulaire latéral en remplacement de la fenêtre ovale, bloquée par l’otospongiose.

Les effets secondaires de cette intervention chirurgicale sont nombreux.

Implant cochléaire Un implant cochléaire peut être inséré chez les patients souffrant d’otospongiose neurosensorielle (cochléaire). Les patients souffrant d’une surdité moins importante ont plus de chances de récupération de l’audition.

Il est plus difficile de poser les implants cochléaires chez les patients souffrant de ce trouble à cause du tissu osseux en excès dans l’oreille interne.

L’intervention chirurgicale de révision
L’otospongiose continue à se développer malgré le traitement chirurgical. Généralement, une perte de la faculté auditive neurosensorielle se développe après l’intervention au rythme de 1 dB/an (Sakihara and Parving, 1999).

Le taux de réussite de la seconde intervention (révision) est d’environ 75 % mais les résultats ne sont pas identiques à la première intervention (Lippy et al.).

Convalescence après l’opération pour l’otospongiose de l’oreille

Suite à l’intervention de stapédectomie, de nombreux patients peuvent rentrer chez eux le soir même ou le matin qui suit. Dans tous les cas, le soir qui suit l’intervention chirurgicale, le patient doit se coucher doucement du côté de l’oreille saine.
Au cours des premiers jours qui suivent l’intervention, le patient peut parfois souffrir de vertiges. Au cours de l’intervention chirurgicale, on insère un tampon dans le conduit auditif. Aucune amélioration de l’audition ne peut être notée jusqu’au retrait de ce tampon, une semaine après l’intervention.

Pendant la première semaine qui suit l’intervention chirurgicale, les patients rapportent généralement une sensation de « vide » auditif, semblable à des sons provenant du fond d’un baril ou de l’intérieur d’une grotte.

Les sons, désagréables, peuvent également paraître très forts. Toutefois, ils deviendront progressivement normaux.

Précautions 
Selon les indication du chirurgien (en général pendant les premiers 2 à 3 mois) :

  • Il ne faut pas mouiller le conduit auditif,
  • Il faut éviter de prendre l’avion.

Pronostic de l’otospongiose

L’intervention de stapédectomie a un pourcentage de succès d’environ 90%.
L’audition du patient s’améliore considérablement au cours des 4 à 6 semaines qui suivent l’intervention. Cette amélioration se poursuit au cours des mois suivants.

Suite à l’intervention de stapédectomie, le patient peut noter une altération du goût, souvent un goût métallique, à cause d’un petit nerf gustatif (corde du tympan) qui traverse l’oreille, et ce, pendant quelques semaines ou quelques mois. Le goût redevient normal en quelques semaines de convalescence.

Autres articles

Douleur à l’estomac, causes, digestion et remèdes

Irene

Douleurs articulaires, causes, articulation, mains, doigts, diffusées

Irene

Douleur de la hanche, arthrose et prothèse

Irene

Douleurs aux jambes, au repos, le nuit et le matin

Irene

Air dans l’estomac, nourrisson et remèdes

Irene

Fracture du cinquième métatarsien et temps de récupération

Irene